Le blog·Les vrais mariage

Céléna – Deuxième partie

(Oui j’ai mis du temps … mais promis ce n’était pas pour rien)

La dernière fois, nous nous étions arrêté aux essayages de robes dans 2 boutiques dont un qui a été complétement désastreux … bon ça tombait bien, au moins je savais que je ne voulais absolument pas des robes proposées.

Bon, pour être honnête, je savais déjà que j’aurais une robe inspirée de la mode du passé.

Ma période préférée ? L’époque victorienne !

Les corsages, les faux cul, les vestes et tout le tralala qui va avec (coiffe, ombrelle, …). En résumé, je voulais rendre moderne de l’ancien, avoir du pratique sans que ça soit trop simple et surtout avoir de l’unique.

Je vous montre un peu les inspi qui m’ont guidé (je n’ai pas toutes les sources mais une partie des images sont tirés de Volute Corset).

Vous comprenez l’idée ?

  • Pas de jupon
  • Pas de grande traine toute la journée donc amovible (idée venant de chéri en tout premier, il est fort mon chéri)
  • Un (vrai) corset bien relou à enfiler
  • Une veste (et vu notre chance, j’ai bien fais)
  • Une jupe qui soulignait mes hanches (t’en qu’à faire, j’allais pas les cacher)
  • Du tulle

C’était parti pour les croquis, les mélanges et les premiers tests sur toi.

Tout d’abord, le corset et la jupe (avec même un test de faux cul en tulle, tu auras deviné les couleurs choisies, blanc cassé et violet) !

Les tests de couleurs et placement. On pourra apprécier mon immense talent pour la retouche photo, hein !

 

Puis la toile de la veste. En gros, j’avais quand même acheté un patron d’une veste longue de steampunk hors vous pourrez remarquer que j’ai tout modifié ou presque du patron de base (voilà pourquoi je ne me sers que rarement de patron tout fait maintenant).

 

Et enfin la traine amovible en mouchoir de tulle.

Oui, vous l’avez surement remarqué, c’ma maman à moi qui a fait la traine (intégralement !).

Et vous savez pourquoi ma maman participe à ma robe ?

Vous allez surement me répondre : « Bah parce que c’est ta maman, qu’elle est couturière et que c’est une super aventure à deux ! » et je vous dirais oui pour tout ! Sauf que mine de rien, il y a une raison de plus, que vous ne connaissez peut-être pas.

Il est dit dans le métier, que l’on ne doit pas coudre sa propre robe de mariée car cela porte malheur (me demander le pourquoi du comment, je n’en sais rien, c’est une légende comme ça) ou en tout cas, ne pas la finir. Vu comment on me l’a dit à tord et à travers pendant toute ma formation, je l’ai bien retenu celle là. Pour moi qui suis née un vendredi 13, ai explosé des miroirs, soit passée sous des échelles et étant une amoureuse inconditionnelle de chat noir, ce n’est pas une malheureuse légende de cousette qui me faisait peur.

Malgré tout, par ce que je trouvais cette superstition plutôt mignonne, j’ai demandé à ma maman de finir ma robe après avoir faire le gros du travail. Elle a donc fermé ma jupe, poser les attaches de ma veste et broder main tout mon corset de cristaux swarovski.

Et le résultat était est juste … wahouuuuuu !!

 

Prochain épisode, les essayages finaux, à suivre …

Publicités

6 réflexions au sujet de « Céléna – Deuxième partie »

  1. Oh mais quel travail ! Bravo ! Tu as dû sacrément t’amuser à faire ses multiples essais pour trouver celle qui t’allait le mieux !!! Toujours admirative de ton talent et j’imagine l’implication supplémentaire quand c’est sa propre robe de mariée ! Hâte de voir le résultat final …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s